Utilisation d’un référentiel des compétences numériques pour améliorer des modalités de soutien à leurs progressions professionnelles

En ce début d’année 2024 (année d’achèvement des trois années de son contrat CIFRE) Séphora El Haik finalise pour sa thèse un travail d’enquête permettant de définir des modalités de recours au référentiel de compétences numériques DigComp. Ses recherches doivent apporter des éléments scientifiques basés sur une recherche-action en vue d’améliorer le fonctionnement du dispositif PLACE (www.gironde.fr/place).

Les premiers résultats de son travail ont mis en évidence la possibilité de définir une typologie de situations des personnes accompagnées dans leurs progressions professionnelles. Cette typologie de situations doit pouvoir proposer une organisation de soutiens au développement professionnel à apporter. Il permettra également d’orienter les personnes vers des formes de soutien déjà programmés ou extérieurs au dispositif.

A partir du référentiel DigComp, que nous avons utilisé et fait évoluer, chaque niveau dans PLACE est différencié ainsi :

  • le premier niveau est celui à partir duquel une personne dans son quotidien est autonome dans ses usages courants des outils numériques,
  • le deuxième niveau est celui d’être en capacité de pouvoir exercer les compétences requises pour répondre aux exigences d’une activité professionnelle rémunératrice,
  • le troisième niveau est celui d’une personne en train de développer des capacités d’expertise au-delà des besoins de l’activité professionnelle courante.

Ces trois niveaux d’autonomie délimitent quatre catégories. Les personnes dans les trois premières catégories doivent être aidées à atteindre un premier, un deuxième ou un troisième niveau, la dernière catégorie demandant un travail sur mesure de définition d’objectifs de progression dans des domaines d’expertise précis.

Tant qu’elle n’a pas atteint le premier niveau, une personne est catégorisée Débutant dans ses usages du numérique, sa situation de départ à l’entrée dans PLACE est d’être en manque d’autonomie dans ses usages quotidiens des outils numériques.

Quand elle a atteint le premier niveau, elle est catégorisée Usager. A l’entrée dans PLACE, elle est autonome dans ses usages quotidiens des outils numériques, mais sans une maîtrise complète des outils requis dans l’exercice courant de l’activité professionnelle dont elle doit pouvoir retirer des rémunérations déclarées.

Au deuxième niveau une personne est catégorisée Professionnel lorsqu’elle est à l’entrée dans PLACE en autonomie dans ses usages quotidiens et dans les outils requis par l’exercice courant de son activité professionnelle, mais sans avoir développé encore des capacités d’expertise utiles que ce soit pour son propre développement professionnel ou dans l’hypothèse de monétiser ces compétences expertes.

Enfin au troisième niveau, une personne est catégorisée Expert lorsqu’elle est, à l’entrée dans PLACE, autonome dans ses usages quotidiens personnels et professionnels. Elle doit avoir développé des capacités d’expertise utiles pour son développement professionnel en ayant ou pas commencé à monétiser ces compétences. Soit cette personne n’a pas besoin de soutiens au développement de ses compétences numériques, soit elle est intéressée par développer de nouvelles expertises permettant de dégager des rémunérations par l’exercice de ces compétences.

Personnaliser et faciliter l’accès à des soutiens au développement social et professionnel, en utilisant une interface numérique qui s’ajuste aux étapes de chaque personne.

En collaborant avec des Universitaires, sur la période 2019-2023, dans le cadre de la gestion de l’action PLACE gironde.fr/place, nous avons apporté plusieurs améliorations, pour une intelligence augmentée par un recours à une modélisation permettant de mobiliser des outils numérique pour accompagner en ligne des parcours personnels de progression professionnelle.

Les résultats obtenus durant ces années ont été présentés dans le cadre d’une démarche de valorisation par le réseau des Collectivités territoriales Idealco mise en oeuvre en 2023, accessible ici.

En ce début d’année 2024, année d’achèvement des 3 années de Contrat Cifre de Séphora El Haik nous sommes amenés à faire porter désormais notre questionnement sur la méthode et les moyens d’identifier et de surmonter certaines limites constatées lorsqu’on recourt à une interface numérique censé : d’une part, faciliter la participation à l’action PLACE ; d’autre part, favoriser l’ajustement aux situations des personnes.

On comprend que ce travail soulève des enjeux relatifs aux arrière-plans théoriques et aux démarches méthodologiques qui permettent d’assurer la définition d’un ensemble d’éléments constituant les différents types d’étapes de progression, avec une visée d’exhaustivité permettant de traiter toutes les situations avec un système cohérent de soutiens proposés au regard des étapes à franchir.

Ainsi un travail de typologie est à réaliser : au niveau des différentes dimensions de progression professionnelle ; à l’intérieur de chaque dimension, différents types pour d’étapes de progression ; pour chaque étape de progression, la qualification d’une : situation de départ , puis d’une situation d’arrivée…

Justement pour éviter qu’une Modélisation du traitement des situations personnelles prive les personnes d’une facilité d’expression (la personne devant être capable d’exprimer son besoin selon les éléments de langage utilisés par la typologie) on constate que l’on doit éviter de prédéfinir une typologie pour qualifier les différents vécus personnels associables à des : besoins, difficultés, manques, attentes, souhaits ou encore aspirations… à progresser sur tel ou tel plan.

Pour autant il faut justement sur ce plan une méthodologie de questionnement des personnes avec usage de ce type d’éventail de mots précédemment utilisés : besoins / difficultés /manques / attentes / souhaits / aspirations… Le but est de chercher à formuler les questions de manières à ce qu’elles soient : compréhensibles et traitables en langage naturel, traitables ultérieurement par le système d’action administratif, mais également exploitables avec les partenaires des démarches de recherche-action en cours.

Au moment de qualifier et de modéliser le traitement des propos tenus par les personnes permettant de préciser les “Situations de départ”, il faut une méthodologie de traitement des propos tenus (par la personne concernée ou par un accompagnant) avec une différenciation des propos ayant valeur de diagnostic, propos pouvant être : exprimés par la personne, identifiés par la personne ou par l’accompagnant, exprimé à la personne par l’accompagnant, reconnus comme valable par la personne concernée, traduite par la personne concernée en action ou démarche à mener, traduite par l’accompagnant en action ou démarche à mener, appropriée par la personne comme une chose à traiter par une action ou une démarche à mener…

En vis-à-vis de ce travail, il faut catégoriser de manière similaire les différents soutiens : des soutiens à apporter par les moyens de PLACE, des soutiens pour lesquels orienter vers qui de droit, des soutiens à traduire en engagement par les personnes concernées elles-mêmes. Chacun de ces soutiens est lui-même défini en vis-à-vis d’une ou plusieurs choses : besoins auxquels répondre, difficultés à surmonter, manques à combler, attentes auxquelles répondre, souhaits à réaliser, aspirations à traduire en réalité…

Le schéma ci-après donne une idée de la structuration en types de situation et étapes de progression :

Hormis l’effort de personnalisation, le principe de réalité socio-administrative et financière du dispositif nous demande de justifier chaque participation à PLACE par des efforts d’accès à des opportunités d’activités rémunérées déclarées.

Ainsi lorsque nous catégorisons et appliquons nos typologies de situations nous sommes conditionnés par la nécessité de nous référer à des standards de situations professionnelles.

L’enjeu central dans la conception, l’évaluation en continu, l’amélioration et la re-conception (“redesign”) de dispositifs à vocation de développement social comme PLACE réside bien dans la capacité à combiner deux objectifs : _ d’une part optimiser la gestion de finances publiques en répondant à des obligations de rationalité et d’efficience (optimum du rapport coûts/résultats) ; _d’autre part de concevoir et d’améliorer des méthodologies de traitement personnalisé des situations, en utilisant des moyens de langage formulant et reformulant les enjeux de progression, pour favoriser la compréhension, l’expression et la participation de chaque personne, au plus près des situations vécues.

Augmenter l’intelligence de soi, de ses activités et de ses interactions dans des environnements interpersonnels et numériques.

Ce blog partage les résultats d’activités de conception et d’expérimentation de méthodes et de moyens pour aider des personnes à mieux se situer et faire avec leurs environnements organisationnels, sémiologiques (constitués de signes) et numériques. Une action du Département de la Gironde financée par le Fonds social européen soutenant des professionnels des arts et de la culture fournit des terrain de recherche collaborative et bénéficie des résultats produits : PLACE

Augmenter son intelligence suppose de se considérer en tant qu’humains naissant dans des environnements qui sont constitués à la fois de relations interpersonnelles, de contextes organisationnels et d’interactions entre les humains et des artefacts numériques.

Ces environnements, non seulement nous influencent, mais contiennent aussi des moyens d’action pour chaque être personne dotée d’une intelligence de la situation dans laquelle elle vit.

Depuis d’instauration de conditions de vie dites modernes, chaque personne vit sous une double injonction contradictoire : d’une part de se conformer à une grande variété de codes d’appartenance, d’autre part de s’affirmer dans sa singularité.

Comment, dans ce contexte, chaque personne peut-elle augmenter une intelligence de soi ?

Comment, en cohérence avec cette intelligence de soi, chaque personne peut-elle augmenter une intelligence de la situation dans laquelle elle se trouve en cherchant à y développer ses activités singulières ?

Chaque activité ne pouvant se développer qu’au sein d’environnements spécifiques caractérisés par des relations interpersonnelles (plus ou moins médiées par des artefacts numériques), comment développer une intelligence des possibles adéquations entre : la singularité d’une personne, les activités dans lesquelles la personne souhaite se trouver engagée, les environnements requis pour que cet ensemble soit viable, au moins temporairement et, si possible dans la durée ?

Nous testons le modèle d’un novium de ces conditions à réunir pour comprendre et agir sur la viabilité de certaines situations d’activité (situations qui peuvent être définis après John Dewey et Herbert Simon comme des situations problématiques complexes contextualisés ).

Le novium est présenté sur cette page web du projet singulars.net : Projet singulars.net – David Capes

il est telechargeable ici

Réalisations R&D pour PLACE (Département de la Gironde) en 2020-2021, perspectives 2022 à 2025

En 2020 les contributions de plusieurs Chercheurs des Universités de Bordeaux Montaigne, de Bordeaux, de l’Université de Montréal et de l’Université de Sherbrooke ont permis d’obtenir les résultats suivants :

  • Soufiane Rouissi de l’Université Bordeaux Montaigne a assisté l’équipe PLACE du Département de la Gironde et la Direction des Services de l’Information et du Numérique du Département à choisir avec agilité une plateforme numérique support de gestion des échanges d’informations essentielles entre les acteurs bénéficiaires ou contributeurs de parcours de progression professionnelle.
  • Séphora El Haik Doctorante à l’Université Bordeaux Montaigne sous la direction de Soufiane ROUISSI a débuté un contrat CIFRE pour le Département de la Gironde permettant à la Direction de la Culture du Département de la Gironde de bénéficier d’un travail de test, d’évaluation et d’amélioration en continu de méthodes et moyens pour apporter des soutiens à des artistes et à des travailleurs culturels dans leurs choix de supports de promotion de leurs offres et dans leur appropriation de compétences numériques minimales pour assurer leur découvrabilité .
  • Jacques Limoges et Diane Doyon de Sherbrooke au Québec continuent en 2021 et 2022 de transférer les acquis de leurs travaux au bénéfice de l’amélioration de process d’activités au sein du Département :
    1. _ dans le champ de l’entraide à partir du livre publié par Jacques Limoges actualisant son approche et précisant son applicabilité dans le contexte de l’action PLACE : https://journals.openedition.org/osp/14388
    2. dans le domaine des conditions de continuité entre vie personnelles et professionnelle, Diane Doyon collaborant avec la Direction de Ressources Humaines du Département de la Gironde pour diffuser des travaux sur le maintien professionnel selon les tiers de carrière et engager un premier test (positif) d’animation de Cercle de Legs
  • Jacques Pouyaud de l’Université de Bordeaux a prolongé un soutien pour trouver des apports méthodologiques complémentaires aux approches appliquées dans le cadre d’un parcours PLACE. Une étudiante en Master en Psychologie du travail à l’université de Bordeaux en 2021-22, Chimène Odoubourou a permis de tester des démarches : d’aide au positionnement vis-à-vis des référentiels de compétences, de recours à des méthodes constructivistes intégrant des aides à la réflexivité et à la construction du projet de soi, comme élément central de l’engagement dans l’actualisation d’objectifs de développement social et professionnel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search