Utilisation d’un référentiel des compétences numériques pour améliorer des modalités de soutien à leurs progressions professionnelles

En ce début d’année 2024 (année d’achèvement des trois années de son contrat CIFRE) Séphora El Haik finalise pour sa thèse un travail d’enquête permettant de définir des modalités de recours au référentiel de compétences numériques DigComp. Ses recherches doivent apporter des éléments scientifiques basés sur une recherche-action en vue d’améliorer le fonctionnement du dispositif PLACE (www.gironde.fr/place).

Les premiers résultats de son travail ont mis en évidence la possibilité de définir une typologie de situations des personnes accompagnées dans leurs progressions professionnelles. Cette typologie de situations doit pouvoir proposer une organisation de soutiens au développement professionnel à apporter. Il permettra également d’orienter les personnes vers des formes de soutien déjà programmés ou extérieurs au dispositif.

A partir du référentiel DigComp, que nous avons utilisé et fait évoluer, chaque niveau dans PLACE est différencié ainsi :

  • le premier niveau est celui à partir duquel une personne dans son quotidien est autonome dans ses usages courants des outils numériques,
  • le deuxième niveau est celui d’être en capacité de pouvoir exercer les compétences requises pour répondre aux exigences d’une activité professionnelle rémunératrice,
  • le troisième niveau est celui d’une personne en train de développer des capacités d’expertise au-delà des besoins de l’activité professionnelle courante.

Ces trois niveaux d’autonomie délimitent quatre catégories. Les personnes dans les trois premières catégories doivent être aidées à atteindre un premier, un deuxième ou un troisième niveau, la dernière catégorie demandant un travail sur mesure de définition d’objectifs de progression dans des domaines d’expertise précis.

Tant qu’elle n’a pas atteint le premier niveau, une personne est catégorisée Débutant dans ses usages du numérique, sa situation de départ à l’entrée dans PLACE est d’être en manque d’autonomie dans ses usages quotidiens des outils numériques.

Quand elle a atteint le premier niveau, elle est catégorisée Usager. A l’entrée dans PLACE, elle est autonome dans ses usages quotidiens des outils numériques, mais sans une maîtrise complète des outils requis dans l’exercice courant de l’activité professionnelle dont elle doit pouvoir retirer des rémunérations déclarées.

Au deuxième niveau une personne est catégorisée Professionnel lorsqu’elle est à l’entrée dans PLACE en autonomie dans ses usages quotidiens et dans les outils requis par l’exercice courant de son activité professionnelle, mais sans avoir développé encore des capacités d’expertise utiles que ce soit pour son propre développement professionnel ou dans l’hypothèse de monétiser ces compétences expertes.

Enfin au troisième niveau, une personne est catégorisée Expert lorsqu’elle est, à l’entrée dans PLACE, autonome dans ses usages quotidiens personnels et professionnels. Elle doit avoir développé des capacités d’expertise utiles pour son développement professionnel en ayant ou pas commencé à monétiser ces compétences. Soit cette personne n’a pas besoin de soutiens au développement de ses compétences numériques, soit elle est intéressée par développer de nouvelles expertises permettant de dégager des rémunérations par l’exercice de ces compétences.



Citer ce billet
Séphora El Haïk (2024, 2 avril). Utilisation d’un référentiel des compétences numériques pour améliorer des modalités de soutien à leurs progressions professionnelles. Intelligence augmentée Codesign d'action publique. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://intelaugment.hypotheses.org/319

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search