Personnaliser et faciliter l’accès à des soutiens au développement social et professionnel, en utilisant une interface numérique qui s’ajuste aux étapes de chaque personne.

En collaborant avec des Universitaires, sur la période 2019-2023, dans le cadre de la gestion de l’action PLACE gironde.fr/place, nous avons apporté plusieurs améliorations, pour une intelligence augmentée par un recours à une modélisation permettant de mobiliser des outils numérique pour accompagner en ligne des parcours personnels de progression professionnelle.

Les résultats obtenus durant ces années ont été présentés dans le cadre d’une démarche de valorisation par le réseau des Collectivités territoriales Idealco mise en oeuvre en 2023, accessible ici.

En ce début d’année 2024, année d’achèvement des 3 années de Contrat Cifre de Séphora El Haik nous sommes amenés à faire porter désormais notre questionnement sur la méthode et les moyens d’identifier et de surmonter certaines limites constatées lorsqu’on recourt à une interface numérique censé : d’une part, faciliter la participation à l’action PLACE ; d’autre part, favoriser l’ajustement aux situations des personnes.

On comprend que ce travail soulève des enjeux relatifs aux arrière-plans théoriques et aux démarches méthodologiques qui permettent d’assurer la définition d’un ensemble d’éléments constituant les différents types d’étapes de progression, avec une visée d’exhaustivité permettant de traiter toutes les situations avec un système cohérent de soutiens proposés au regard des étapes à franchir.

Ainsi un travail de typologie est à réaliser : au niveau des différentes dimensions de progression professionnelle ; à l’intérieur de chaque dimension, différents types pour d’étapes de progression ; pour chaque étape de progression, la qualification d’une : situation de départ , puis d’une situation d’arrivée…

Justement pour éviter qu’une Modélisation du traitement des situations personnelles prive les personnes d’une facilité d’expression (la personne devant être capable d’exprimer son besoin selon les éléments de langage utilisés par la typologie) on constate que l’on doit éviter de prédéfinir une typologie pour qualifier les différents vécus personnels associables à des : besoins, difficultés, manques, attentes, souhaits ou encore aspirations… à progresser sur tel ou tel plan.

Pour autant il faut justement sur ce plan une méthodologie de questionnement des personnes avec usage de ce type d’éventail de mots précédemment utilisés : besoins / difficultés /manques / attentes / souhaits / aspirations… Le but est de chercher à formuler les questions de manières à ce qu’elles soient : compréhensibles et traitables en langage naturel, traitables ultérieurement par le système d’action administratif, mais également exploitables avec les partenaires des démarches de recherche-action en cours.

Au moment de qualifier et de modéliser le traitement des propos tenus par les personnes permettant de préciser les “Situations de départ”, il faut une méthodologie de traitement des propos tenus (par la personne concernée ou par un accompagnant) avec une différenciation des propos ayant valeur de diagnostic, propos pouvant être : exprimés par la personne, identifiés par la personne ou par l’accompagnant, exprimé à la personne par l’accompagnant, reconnus comme valable par la personne concernée, traduite par la personne concernée en action ou démarche à mener, traduite par l’accompagnant en action ou démarche à mener, appropriée par la personne comme une chose à traiter par une action ou une démarche à mener…

En vis-à-vis de ce travail, il faut catégoriser de manière similaire les différents soutiens : des soutiens à apporter par les moyens de PLACE, des soutiens pour lesquels orienter vers qui de droit, des soutiens à traduire en engagement par les personnes concernées elles-mêmes. Chacun de ces soutiens est lui-même défini en vis-à-vis d’une ou plusieurs choses : besoins auxquels répondre, difficultés à surmonter, manques à combler, attentes auxquelles répondre, souhaits à réaliser, aspirations à traduire en réalité…

Le schéma ci-après donne une idée de la structuration en types de situation et étapes de progression :

Hormis l’effort de personnalisation, le principe de réalité socio-administrative et financière du dispositif nous demande de justifier chaque participation à PLACE par des efforts d’accès à des opportunités d’activités rémunérées déclarées.

Ainsi lorsque nous catégorisons et appliquons nos typologies de situations nous sommes conditionnés par la nécessité de nous référer à des standards de situations professionnelles.

L’enjeu central dans la conception, l’évaluation en continu, l’amélioration et la re-conception (“redesign”) de dispositifs à vocation de développement social comme PLACE réside bien dans la capacité à combiner deux objectifs : _ d’une part optimiser la gestion de finances publiques en répondant à des obligations de rationalité et d’efficience (optimum du rapport coûts/résultats) ; _d’autre part de concevoir et d’améliorer des méthodologies de traitement personnalisé des situations, en utilisant des moyens de langage formulant et reformulant les enjeux de progression, pour favoriser la compréhension, l’expression et la participation de chaque personne, au plus près des situations vécues.



Citer ce billet
David Capes (2024, 7 mars). Personnaliser et faciliter l’accès à des soutiens au développement social et professionnel, en utilisant une interface numérique qui s’ajuste aux étapes de chaque personne. Intelligence augmentée Codesign d'action publique. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://intelaugment.hypotheses.org/194

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search